Jeu d’échec

Posted on septembre 4, 2008

0


Habillé en costume de grande marque et cravate discrète, badge
professionnel dépassant de la poche, l’air sûr de vous, la première
consultation fut bizarre. Vous m’avez tout expliqué : votre prise en charge
dans un grand hôpital parisien, votre installation récente dans la région, vos
mauvais bilans malgré un traitement puissant, et l’incapacité des médecins à
améliorer votre situation. Votre décision "partagée avec votre médecin
parisien" de ne pas changer votre traitement, malgré son inefficacité, car
nous n’avions pas forcément mieux à vous proposer …. Surtout en province …

Toute votre attitude exprimait que vous contrôliez la situation, que vous
n’aviez pas vraiment de temps à perdre avec moi, que d’ailleurs vous étiez
pressé, vous n’étiez sans doute là que de passage ….


Et j’ai accepté les règles du jeu que vous aviez mis en place, un peu
malgré moi, à défaut de trouver le bon moyen de vous expliquer que tout était
faux, sans savoir comment faire pour que me preniez au sérieux et m’écoutiez un
peu.


Jusqu’au jour où j’ai pris le taureau par les cornes. Vos résultats de
prise de sang étaient vraiment trop mauvais pour que je continue à accepter
votre déni. Consultation difficile, dont vous êtes parti muni d’une ordonnance
lourde et complexe, sans que je ne sois convaincue d’avoir franchi le barrage
que vous aviez érigé autour de vous.


Quelques jours plus tard, vous vous présentiez sans rendez vous et
demandiez à me voir. Si tôt la porte du bureau fermée, vous avez fondu en larmes.
Submergé par l’angoisse, la culpabilité, la trouille au ventre …  Et enfin vous avez parlé. Les médicaments non
pris, mal pris, pas assez pris … le pari que vous pourriez luter avec vos armes
qui devaient être meilleures que celles des médecins … Et une demande pressante
: il fallait que je vous aide, que je vous sauve …

 

Et comme il y avait une toute petite entr’ouverture dans votre
carapace, je vous ai demandé ce que vous faisiez quand vous ne faisiez rien.

Des tournois d’échecs ….


Vous ne croyiez pas si bien dire.

Publicités
Posted in: Uncategorized